"La Sécurité est un droit (Rue Bleue)"

Pour une police de proximité efficace et partout !

image_author_Alain_Dumait
Par Alain Dumait
56 articles
1 févr. · 2 mn à lire
Partager cet article :

Mauvaise saison pour l'ordre public...

Quand les lois ne sont plus respectées, le désordre descend vite dans la rue. Quand les lois ne sont pas respectables, le désordre est approuvé par une majorité de bon sens... Dans une telle situation, après l'apaisement, place aux réformes... ou aux extrêmes...

Bonjour à tous !
Nous sommes le jeudi 1er février 2024.
Vous lisez le numéro 85 de “La Sécurité est un Droit - Rue Bleue”: parce que vous figurez sur notre fichier d’envois. Vous la recevez sur votre boîte mail chaque jeudi.
Si vous n'êtes pas encore souscripteur, c’est le moment de le faire ! 
C’est ici.
Pour lire ou relire tous les numéros précédents, 
c’est là !
Et, pour les plus anciens, 
c'est là.

( Si cette publication ne vous intéresse pas, merci de vous désabonner (tout en bas…. )
Si elle retient votre attention, ne pensez-vous pas que vous pourriez me payer un café de temps en temps? Pour faire un don, défiscalisé à 66%, c'est là)

Bonjour !

D’abord, mon éditorial

La semaine dernière, je vous posais la question suivante :

Approuvez-vous le gouvernement quand il annonce qu'il n'interviendra pas pour lever les barrages ?

Voici vos réponses (626)

- OUI : 56,2%

- NON : 38,7%

  • Ne sais pas : 5,1%

Vos 263 commentaires sont disponibles sur ce lien.

Sans doute n’était-il pas opportun d’intervenir pour débloquer les barrages des paysans en colère, manifestant par milliers, avec leurs tracteurs, depuis quinze jours, dans presque toute la France. 

Gérald Darmanin, le ministre de l’Intérieur, a fait ce qu’il fallait faire : empêcher les débordements, l’invasion du marché de Rungis, protéger les aéroports et les accès à la capitale.

Mais il n’en demeure pas moins, une fois de plus, que l’espace public a été illégalement occupé, que la liberté fondamentale de circuler a été mise à mal, et que les citoyens calmes et paisibles ont été pris en otage, dans un conflit qui ne les concerne pas directement, si ce n’est comme consommateurs et comme contribuables…

On a bien noté, selon plusieurs enquêtes d’opinion, le soutien massif des Français aux agriculteurs en colère. Ce qui signifie que la politique menée dans ce domaine par les pouvoirs publics, toutes tendances politiques confondues, serait globalement désapprouvée, non seulement par les agriculteurs (qui l’ont pourtant globalement inspirée, en son temps…), mais aussi par les électeurs, qu’ils aient fait confiance à la gauche, ou à la droite…

En effet, si la pertinence d’une politique doit être jugé à ses résultats, on peut convenir que les orientations d’origine n’étaient pas les bons… 

(J’ai déjà donné mon opinion personnelle sur La Lettre D).

Me plaçant ici du seul point de vue de l’ordre public, sans lequel toute harmonie sociale est impossible, et en espérant que cette énième révolte touche aujourd’hui à sa fin, je crains que cet épisode, à moins de six mois des Jeux olympiques de Paris, n’inaugure rien de bon…

Alain Dumait

C’est l’image du jour :

"On ne pouvait pas répondre à la colère en deux jours", précise Gabriel Attal à la fin des annonces."On ne pouvait pas répondre à la colère en deux jours", précise Gabriel Attal à la fin des annonces.

...